AccueilLire tous les articlesDroits de la femme : le 1444, un numéro vert pour prévenir les violences faites aux femmes
Mardi, 06 Mars 2018 13:11

Droits de la femme : le 1444, un numéro vert pour prévenir les violences faites aux femmes

Le Siège de l’Agence de Régulation des Postes et des Communications Electroniques (ARPCE) a servi de cadre, ce lundi 5 mars 2018, au lancement du 1444, un numéro vert joignable gratuitement à partir de tous les réseaux, pour lutter contre les violences à l’égard des femmes. La signature d’une convention de partenariat relative à l’implémentation de ce numéro a eu lieu ce même jour entre l’ensemble des parties prenantes, à savoir: les ministères en charge de la Promotion de la Femme, de l’Intérieur et des Télécommunications, l’ARPCE ainsi que les opérateurs de la téléphonie exerçant en République du Congo

Cette cérémonie s’est inscrite dans le cadre de la célébration de l’édition 2018 de la Journée internationale de la Femme. « En attendant la construction du Centre de réhabilitation des femmes violentées, nous avons pensé mettre en place ce numéro vert joignable gratuitement à partir de tous les réseaux, pour permettre aux femmes de briser le silence si pesant face aux violences dont elles sont victimes dans la société», a déclaré Ines Nefer Bertille Ingani, Ministre de la Promotion de la Femme et de l'Intégration de la Femme au Développement qui a tenu, par ailleurs, à remercier personnellement le Directeur Général de l’ARPCE, Yves Castanou, pour avoir joué un rôle central dans la mise en œuvre de ce service. En effet, l’ARPCE a gracieusement mis à disposition ce numéro vert « SOS Femmes violentées » et mobilisé les autres acteurs pour l’implémentation de ce projet.

La convention de partenariat ressort que le 1444 a été créé pour permettre aux victimes et témoins des violences de joindre gratuitement dans l’anonymat les services de police afin de dénoncer les faits ainsi que les supposés auteurs, coauteurs et complices. « Ceci n’est qu’une première étape dans le processus d’éradication des violences faites aux femmes au Congo », a renchéri Ines Nefer Bertille Ingani.

Au regard du faible nombre de faits déclarés, le Ministère de la Promotion de la Femme et de l’Intégration de la Femme au Développement s’est fixé un objectif ambitieux : améliorer le taux de révélation des faits auprès des services enquêteurs.

Pour ce faire, le Ministère en charge de la Promotion de la Femme et l’ARPCE avec l’ensemble des parties prenantes ont résolu de franchir un cap en mettant en place un dispositif d’appel gratuit, ouvert 24H/24H et 7 jours/7 au profit des populations en détresse, ce qui devrait faciliter un traitement judiciaire, sanitaire et social renforcé des cas de violences liées au genre.

Bien avant la signature de la Convention, un test a été effectué par la Ministre de la Promotion de la Femme et de l’Intégration de la Femme au Développement pour confirmer l’effectivité de ce service.

Il sied de souligner qu’au-delà de ses prérogatives régaliennes dans les secteurs sous régulation, l’ARPCE s’est toujours engagée dans les initiatives visant le bien être de la population congolaise dans sa globalité.